Cours d’astronomie à la LMHS

Partagez cet article

Grâce à «Aiuto allo Zanskar-onlus», l’antenne italienne de notre association, 66 élèves de la LMHS on pu suivre une formation d’astronomie pendant une dizaine de jours. Comprenant des cours théoriques et pratiques, grâce à du matériel généreusement offert par l’Observatoire de Turin (télescope, ordinateur et météorites), le point d’orgue de cette expérience fut certainement l’observation de l’éclipse de la lune le soir du 27 juillet 2018.

Donatella Crosta, adhérente et membre du Comité d’AaZ-Onlus est à l’origine de cette initiative. Elle nous livre ci-après son témoignage (traduction libre du texte original italien paru dans La Voce).


Me voici au Zanskar ! Une terre que j’aime depuis ma première visite : pour ses habitants toujours souriants, amicaux, accueillants et serviables ; pour les enfants qui viennent à vous et veulent vous serrer la main en disant « Julley » et qui quémandent très rarement un bonbon ; pour ses immense montagnes arides, dépourvues de végétation, toutes en nuances d’ocres, de verts et de violets. Le Zanskar, c’est cela et bien plus encore.

Et puis la LMHS, l’école qui m’accueille toujours aussi chaleureusement : des plus jeunes enfants aux plus âgés, les filles comme les garçons, les enseignants ainsi que toutes les personnes qui y travaillent.

L’année dernière, en observant le ciel éclairé de myriades d’étoiles et la Voie Lactée qui semblait tellement proche, l’idée m’est venue de créer un cours d’astronomie pour certaines classes dont les professeurs de sciences, physique et mathématiques étaient intéressés. Je suis physicienne, j’ai toujours enseigné la physique et l’idée de pouvoir dispenser un cours ici, me motivait.

J’en ai parlé avec certains professeurs ainsi qu’avec le directeur de l’école : ils étaient enthousiastes ! Dès mon retour j’ai donc commencé à travailler sur le « Astronomy Project » en impliquant Alberto Cora, un collègue et ami de l’Observatoire Astrophysique de Turin, avec qui je collabore de temps en temps sur des projets de diffusion scientifique. Nous avons envoyé une proposition aux enseignants pour avoir leur avis ainsi que leur contribution, puis nous avons présenté notre projet aux Assemblées Générales des associations AaZ Onlus et AaZ France : projet approuvé ! Les membres ont également manifesté leur désir d’y participer.

LMHS Astronomy Project 2018
Découverte du télescope

Alberto et moi arrivons à Pipiting le 24 juillet 2018. C’est parti ! Quelques rencontres préliminaires avec les enseignants impliqués, Choskyi, Dolma Munjhom, Khrisna, puis dans les classes, VI, VII et IX. Les étudiants sont immédiatement intéressés et attentifs : ils posent des questions ; tous les concepts ne sont pas faciles à comprendre pour eux car ils ont peu de bases en astronomie. Nous répétons, réexpliquons et les enseignants traduisent souvent de l’anglais vers leur propre langue : le bodhi.
Pendant deux semaines, nous assurons trois cours chaque jour, souvent en dehors des heures de classe afin de leur éviter de rater les autres cours. Nous faisons des heures sup’ : ils sont trop enthousiastes et curieux.

Grâce au logiciel Stellarium, nous avons pu leur montrer la zone céleste circumboréale (la région de la Grande et de la Petite Ourse) en utilisant l’écriture védique mais les étudiants ne connaissaient pas ces constellations et n’étaient pas à même d’en suggérer des noms locaux.

Seules les personnes plus âgées se souvenaient des appellations astronomiques locales. Par exemple la Voie Lactée, qui à 3600 mètres d’altitude et en l’absence de pollution lumineuse est un spectacle à couper le souffle, est appelé « Lemule ». Ils ont également cité les Hyades et les Pléiades sous les noms de Midum et Mituc. Ces noms ne correspondent pas à ceux de l’astronomie védique indienne, mais sont probablement d’origine tibétaine.

Nous avons été surpris d’apprendre que « étoile » en langue bodhi se traduit par « karma ».

LMHS Astronomy Project 2018
Montage du télescope

Nous avons utilisé le télescope pour observer le soleil pendant la journée car le soir il était plus difficile de retenir les élèves qui vivent dans des villages éloignés de l’école. Mais le 27 juillet, soir de l’éclipse lunaire, le Directeur a organisé un transport en bus pour les élèves des villages voisins. Munjhom, le professeur d’informatique, a monté un grand écran pour voir la retransmission de l’éclipse en direct depuis Delhi. Malheureusement nous n’avons pas pu voir celle-ci en entier à cause des nuages.

Ce soir-là, les enfants ont pu utiliser le télescope pour observer Mars, Jupiter et Saturne ainsi que la lune, avant que ne débute l’éclipse.

Le télescope est resté à l’école, offert par l’Observatoire d’Astrophysique de Turin. Nous avons pris soin de montrer aux enseignants et à certains élèves comment assembler et installer celui-ci afin que les enseignants soient autonomes pour réaliser des activités dans les années à venir.

Nous avons eu le plaisir d’entendre Sa Sainteté le Dalaï Lama qui, lors d’un enseignement tenu le 25 juillet près de sa résidence du Potang à Pipiting, a souligné l’importance de la science, y compris l’astronomique et l’astrophysique. Lors de son enseignement, il a expliqué comment reconnaître les planètes des étoiles, en faisant la distinction entre les premières qui semblent briller d’une lumière constante, et les secondes qui scintillent. Il a également fait remarquer que dans certaines écritures bouddhistes anciennes, il était écrit à tort que la lune brille de sa propre lumière alors qu’elle ne fait que réfléchir la lumière du soleil.

LMHS Astronomy Project 2018
Donatella Crosta remet les diplômes aux participants

Ce fut une expérience merveilleuse pour de multiples raisons : la relation avec ces garçons et filles attentifs et curieux qui ont participé aux leçons, qui posaient des questions et qui nous saluaient chaleureusement quand ils nous croisaient dans l’école. D’un point de vue pédagogique, nous nous sommes rendu compte, en utilisant un questionnaire anonyme (pour ne pas les intimider) qu’un grand nombre d’entre eux avaient parfaitement compris les concepts transmis. Il était important de susciter leur curiosité et de et de pouvoir leur fournir les informations complémentaires qu’ils attendaient.

Je me demande si l’un d’entre eux suivra un parcours d’études orienté vers l’astrophysique ?

Cet article vous a plu ? Partagez le !

Facebook
Twitter
Google+
Pinterest
LinkedIn
Email